logo

Table Ronde avec Dr. Hassan Dennaoui

Comme déjà annoncé le RDCL a organisé dans ses locaux une table ronde le Mardi 18 Juin 2019, avec Dr Hassan Dennaoui – Chairman & General Manager of the Economic zone of Tripoli- dont le sujet portait sur la « Zone Economique de Tripoli” en présence d’une trentaine de membres.

Dr Hassan Dennaoui nous a informés que la Zone Economique de Tripoli a été créée suite à la Loi n° 18 en 2008, les modalités de cette Loi ayant été mises en place en 2009 et le premier Conseil d’Administration présidé par Mme Raya Hassan a été créé en 2015. Cette entité dépend directement de la Présidence du Conseil des Ministres et ce projet est financé par le CDR et la Banque Mondiale.

Suite à la nomination de Mme Hassan comme Ministre de l’Intérieur, Dr Dennaoui s’est vu confier la responsabilité de la mise en place de cette zone. L’idée de la création de cette zone étant :

Ø Créer un “one stop shop”, vu que l’autorité de cette zone peut délivrer toutes sortes de permis et a même la possibilité d’enregistrer les sociétés dans un registre commercial spécial.

Ø Créer une zone de taxe zéro vu que les sociétés y adhérentes ne seront pas sujettes à l’impôt sur le revenu ni à la TVA.

Ø Booster l’activité économique dans la région de Tripoli en créant des opportunités et des emplois.

Ø Faciliter les procédures administratives des sociétés exportatrices.

La zone comprend deux régions, une de 513 000 m2 dédiée à l’industrie et à la logistique

Une autre de 75 000 m2 appellée “Knowledge and Innovation Center”.

Dans la première région les sociétés loueront un terrain et construiront leurs locaux suivant un plan directeur, tandis que dans la deuxième les sociétés loueront un espace construit. Il est à noter que les sociétés désirant s’affilier à cette zone n’auraient aucune obligation vis-à-vis de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, mais devront assurer une assurance médicale à leurs employés ; elles devront aussi s’acquitter d’un permis annuel. Si toutefois elles auront à commercer à l’intérieur du pays, les marchandises/services y relatifs seront assujettis à la TVA. De ce fait Dr Dennaoui conseille les entreprises intéressées d’établir une étude de faisabilité en fonction de leur activité, si la principale partie de leur activité est dédiée à l’export, la zone économique est fort intérressante, sinon elles pourraient créer des filiales à l’intérieur de la zone économique pour leur activité à l’export. Concernant le certificat d’origine l’autorité de la TZE ne pourra pas émettre un certificat d’origine libanais mais pourra certifier que cette marchandise émane de la zone économique. Le modèle de fonctionnement étant plus ou moins identique au modèle de Jabal Ali aux Emirats Arabes Unis.

De plus, Dr Dennaoui nous a informés qu’en coopération avec le bureau d’études “Khatib et Alami” le cahier des charges pour les travaux d’infrastrucuture devra être établi incéssamment et la location d’espaces dans la zone économique débutera en 2020. A titre indicatif les loyers seront de l’ordre de 18 à 20$ le m2 par an pour les terrains dans la région industrielle, et 75 à 90 $ par m2 par an dans la région “Knowledge & Innovation”.

Une série de questions/ réponses a suivi auxquelles Dr Dennaoui s’est prêté de bon coeur et a montré une parfaite maîtrise du sujet vu son expérience ayant été le consultant de plusieurs zones franches dans la région.